Toutes les collections

10. L’art du Ve au Xe siècle : fin de l’Antiquité ou Haut Moyen Âge ?

10. L’art du V<sup>e</sup> au X<sup>e</sup> siècle : fin de l’Antiquité ou Haut Moyen Âge ?

10. L’art du Ve au Xe siècle : fin de l’Antiquité ou Haut Moyen Âge ?

Partager

Le Moyen Âge

(Ve - XVe siècle)

 

Après l’effondrement de l’Empire romain, Mérovingiens, Lombards et Wisigoths marient leur héritage germanique à la tradition antique dans un monde désormais chrétien. Quant au rêve impérial de Charlemagne, il puise son inspiration dans les références à l’art antique. Il ambitionne de ressusciter l’ancien Empire romain d’Occident où l’art est essentiellement au service de l’empereur et de sa cour.

Les royaumes dits "barbares" installés sur les ruines de l'Empire d'Occident dessinent une géographie nouvelle : à un Empire unifié succède un agglomérat de royaumes pour lesquels l'héritage romain se reflète de diverses manières dans un monde désormais chrétien. Entre rupture et continuité, les royaumes barbares entretiennent des relations avec Byzance, qui se revendique seule héritière de l'Empire romain alors que le souvenir de la grandeur romaine resurgit régulièrement en Europe occidentale. Explorant différents héritages et ouvrant de nouvelles voies artistiques, l'épanouissement des arts passe par un développement de l'architecture religieuse et de sa sculpture, par une splendide orfèvrerie, fine, élégante, et colorée, et par des arts précieux tels qu'enluminures ou ivoires sculptés. À travers les images d'Épinal que sont les rois fainéants, la splendeur de la renovatio imperii et la découverte des grandioses réalisations établies par Théodoric, Clovis ou encore Charlemagne, se dessine une époque troublée mais fertile, qui n'a de "barbare" que le nom.